Auteur : Vicky
E-Mail : vickysg1@wanadoo.fr
Site Web: http://perso.wanadoo.fr/vickyfics/index.html
Genre: romance
Résumé: Il souriait en voyant sa femme et ses enfants s'avancer vers lui
Situation: après le finale
Disclaimer: pas à moi, pas de sous, juste pour le fun
Note de l'auteur: Ca fait bien longtemps que je n'ai pas écrit une fic sur JAG et Harm/Mac, mais en réfléchissant sur ce thème de 'La valeur d'un sourire', ça m'a donné envie d'écrire sur eux. J'espère ne pas avoir perdu la main, en tout cas. Je dédis cette petite fic à mes amies fans de JAG. Elles se reconnaîtront. ;)

Ne pas publier sans mon autorisation




Aucune regret







Harm souriait. Il souriait en voyant sa femme et ses enfants s'avancer vers lui.

Sa femme, Sarah. Si quelqu'un lui avait dit sept ans plus tôt, alors qu'elle était fiancée à Mic Brumby, qu'il allait l'épouser, il ne l'aurait pas cru. Et pourtant… Elle n'avait pas épousé l'Australien, et quand ils étaient sur le point d'être séparés par leur travail, il s'était finalement lancé, lui avait avoué ses sentiments.

Depuis, ils s'étaient mariés, et avaient fondé une famille. Une famille un peu particulière, mais leur famille.

Il y avait bien sûr Mattie. Quand il avait reçu ce coup de téléphone lui annonçant l'accident, il avait cru l'avoir perdu. Mais elle s'était battue, et elle continuait encore à se battre. Trois ans avaient passé, et si elle avait réussi à remarcher et n'était plus en fauteuil, elle avait toujours besoin de béquilles. Le combat n'était pas encore terminé, mais il savait qu'ils étaient en bonne voie. Si elle continuait de voir son père, Mac et lui étaient maintenant tous deux ses tuteurs légaux. Elle était leur fille. Il avait pu observer la relation entre sa femme et leur aînée se développer, et elles étaient plus complices que jamais, n'hésitant jamais à le faire tourner en bourrique. Il se demandait s'il s'agissait d'une forme de vengeance de la part de Mac, après les années qu'elle avait passé à l'attendre. Il n'en serait pas surpris plus que ça.

Venait ensuite leur fils Tommy. Ils l'avaient adopté quand il avait seulement trois ans, et à cinq ans maintenant, son caractère ressemblait de plus en plus à celui de son père. Au grand dam de Sarah. Il adorait quand ce dernier l'autorisait à l'accompagner pour faire un tour dans Sarah, son Stearman. S'ils n'y prenaient pas garde, il suivrait surement les traces de son père dans l'aéronavale; ce dont ils seraient très fiers l'un comme l'autre. Tommy avait perdu ses parents lors d'un accident de voiture où il avait été également blessé, et ils l'avaient rencontré un jour où ils allaient chercher Mattie après sa séance de rééducation. Ils étaient immédiatement tombés sous le charme du petit garçon, et quand ils avaient su qu'il n'avait plus aucune famille pour prendre soin de lui, ils n'avaient pas hésité une seule seconde à l'adopter.

Il y avait enfin Christie, leur fille, leur petit miracle. Ils savaient tous les deux que leurs chances d'avoir un enfant ensemble étaient plus que minces, et pourtant un peu plus de deux ans après leur mariage, leur petite fille était là. Ils avaient eu du mal à y croire quand Sarah avait réalisé qu'elle était enceinte, et il leur avait fallu attendre la confirmation d'un médecin pour enfin comprendre et réaliser que ça se passait vraiment. Quand Christie était arrivée, Tommy s'était inquiété du fait que ses parents ne l'aimeraient plus, mais ils l'avaient bien vite rassuré. A trois mois, leur petite dernière avait déjà son père sous son charme; quoique si quelqu'un le lui demandait, Harm aurait répondu qu'il était tout à elle depuis le jour de sa naissance. Christie était aussi très proche de sa mère, et ne voulait la garder que pour elle par moments, ce qui froissait Tommy qui, dans ces moments-là, se blottissait aussi contre Sarah pour montrer à sa petite sœur qu'elle n'était pas toute seule. Harm aurait pu être jaloux que ces enfants portaient parfois plus d'attention à leur mère qu'à lui, mais il aimait voir sa famille dans ces instants.

"Papa!" cria Tommy en sautant dans les bras de son père. "Tu m'as manqué! Pourquoi tu n'es pas venu avec nous?"

"De la façon dont il t'accueille, on dirait qu'il ne t'a pas vu depuis des mois," dit Mac en déposant un baiser sur les lèvres de son mari.

"Je t'avais dit que je devais m'occuper de Sarah, ce matin," lui rappela son père. "Les enfants n'ont pas été trop turbulents au fast-food?"

"A t'entendre, Harm, on dirait que tu m'inclus dedans," le taquina Mattie.

"Tu as tes moments, il faut le reconnaître…"

"Ils ont été très sages, et Mattie m'a bien aidée, aussi."

Du canapé où elle venait de s'asseoir, la jeune fille en question tira la langue à Harm. Elle n'appréciait pas qu'il la considère encore comme une enfant, par moments.

Harm, voyant sa réaction, lança un regard conspirateur à son fils qu'il tenait toujours dans ses bras, et se précipita vers le canapé. S'ensuivit une longue bataille de chatouille, Harm et Tommy contre Mattie, au départ, jusqu'à ce qu'ils se retournent contre leur père.

Assise dans le fauteuil, Christie toujours dans ses bras, Sarah observait la scène avec des yeux rieurs, un sourire aux lèvres. Si une personne le lui demandait, elle aurait pu répondre qu'elle avait quatre enfants à la maison, et non pas trois; Harm était resté un grand enfant, lui aussi. Mais il était surtout un très bon père. Elle savait qu'il regrettait le temps qu'il n'avait pas pu passer avec son père, les années où il avait du grandir sans lui, et il ne voulait pas que leurs enfants regrettent un jour de ne pas avoir passé assez de temps avec lui. D'une certaine façon, elle se demandait s'il ne cherchait pas tout simplement à rattraper ce temps perdu.

Elle ne regrettait pas la décision qu'elle avait prise ce jour-là d'aller le voir. Leurs deux vies avaient changé à cet instant, dans l'ancien appartement de Harm, et c'était pour le mieux. Elle y avait gagné une vraie famille. C'était sûr que parfois, elle avait du mal à tout concilier, mais elle n'échangerait sa place avec une autre pour rien au monde. Même dans les moments où elle était tellement sollicitée qu'elle rêvait de s'éclipser juste quelques minutes, juste le temps de souffler un peu, elle réalisait la chance qu'elle avait de les avoir.






Ce soir-là, une fois n'était pas coutume, Harm et Sarah se retrouvèrent seuls dans le salon. Tommy et Christie était couchés, et Mattie était partie dans sa chambre avec un bon livre, les laissant en amoureux. Cela n'arrivait que très peu souvent ces derniers mois, surtout depuis la naissance de Christie. Ils essayaient de s'aménager du temps rien que pour tous les deux, mais avec deux enfants qui demandent la présence constante de leurs parents, c'était difficile. Mattie avait bien proposé de faire la baby-sitter s'ils souhaitaient sortir un soir, mais ils savaient tous les deux que s'il prenait à Tommy l'envie de faire tourner sa sœur en bourrique, elle ne pouvait pas lui courir après, même avec toute la bonne volonté du monde.

Ce soir, cependant, le calme régnait sur la maison, et ils étaient seuls.

"Ca fait du bien…," Sarah murmura, se lovant un peu plus contre son mari.

"Quoi?"

"De ne pas avoir les enfants dans les pieds. Tu sais combien je les aime, mais j'ai aussi envie de passer du temps avec mon époux."

"Tant mieux, parce que ton époux a envie de passer du temps avec son épouse."

Posant deux doigts sous le menton de Sarah, il releva son visage jusqu'à ce qu'il puisse capturer ses lèvres avec les siennes. Ils se laissèrent porter par le calme du moment, s'embrassant doucement, sans aucune précipitation, comme s'ils avaient tout le temps du monde. A bout de souffle, ils se séparèrent finalement, leurs lèvres s'étirant en un large sourire.

"Tu sais, j'ai juste besoin de ça une fois par jour pour me rappeler combien j'ai de la chance," lui dit-il, plaçant un rapide baiser sur ses lèvres.

"Quoi? M'embrasser, tu veux dire?"

"Non. Que tu me souries. Quand tu me souris au réveil, je me dis que j'ai vraiment de la chance de t'avoir dans ma vie, que tu aies attendu que je me décide enfin."

"Et c'est vrai que j'ai attendu longtemps," lui répondit-elle, reposant sa tête sur son épaule.

"Tu regrettes que je n'ai pas été plus rapide."

"Parfois, je me dis qu'on aurait pu être ensemble depuis plus longtemps que ça si seulement tu t'étais laissé aller," reprit-elle, et il savait qu'elle faisait référence à Sydney. "Mais l'instant d'après, je me dis qu'on n'aurait probablement ni Mattie, ni Tommy, ni Christie si ça avait été le cas. Et pour rien au monde je n'abandonnerai nos enfants pour quelques années de plus passées à tes côtés."

"Moi non plus. Qui aurait cru qu'on aurait une telle famille, d'ailleurs!"

"Certainement pas moi. Mais c'est la famille que je voulais."

"Moi aussi."

Ils se turent et se laissèrent bercer par le calme du moment. Il sentit Sarah se relaxer lentement contre lui, jusqu'à ce qu'elle s'endorme complètement, incapable de lutter contre la fatigue de la journée. En faisant bien attention de ne pas la réveiller, il se leva du canapé et la prit dans ses bras pour la transporter jusqu'à leur chambre.

Allongé à ses côtés, il ferma les yeux, et se remémora la première fois où il avait vu Sarah sourire. A cet instant-là, dans la roseraie, il ne savait pas encore que sa vie aller changer.


Fin.